/medias/image/16985590795abd0572d1f01.jpg
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

"L'alimentation : une priorité dans la démarche développement durable de Accor" par Noëlla de Bermingham - Chef de projets Développement durable du Groupe Accor

Portrait

-

25/06/2014

Lors de cette conférence animée par Noëlla de Bermingham, Chef de projets Développement durable au sein de la direction du développement durable Accor, nous avons découvert l’ensemble des impacts environnementaux d’un groupe hôtelier et les actions possibles pour une alimentation plus responsable.
 

Partie I : Engagements sur le long terme du Groupe Accor
 
Le Groupe Accor a créé en 1994 la Direction Environnement et en 1998, la première Charte environnement. De nos jours, cela ne représente pas moins de 65 actions à mettre en place pour un établissement. Pionnier dans ce domaine, le Groupe s’est aussi engagé en 2009 dans le programme « Plant for the Planet » qui a permis, depuis son origine, la plantation de plus de 3 millions d’arbres (chiffres 2013) dans le Monde. Il a également lancé en 2012 « PLANET 21 », une nouvelle stratégie de développement durable où Accor s’est fixé pour objectif de quantifier ses démarches environnementales. Ainsi en 2013, 93% des hôtels du Groupe ont utilisé des produits d’entretien éco-labélisés (contre 51% en 2011).
 
Accor s’engage pour réinventer l’hôtellerie durablement en développant une stratégie de progrès continu avec la mise en place de 21 engagements sur les axes : santé, nature, carbone, innovation, local, emploi et dialogue. Accor est ainsi précurseur dans l’Eco-conception de sa literie avec la mise en place d’« ergo-lits » permettant par la même occasion aux femmes de chambre de ne plus se baisser pour faire le lit grâce à une fonction faisant lever le lit automatiquement. Ce lit s’inscrit en tout point dans une démarche de développement durable car la couette et les oreillers sont fabriqués à partir de bouteilles d’eau minérale recyclées, le matelas est fabriqué avec un cœur en mousse 100% recyclé et le sommier est conçu à partir de bois éco-labélisé.
 
Ainsi, 900 hôtels du groupe sont aujourd’hui certifiés ISO 14001 qui englobe une démarche managériale environnementale représentant 68% des normalisations pour la marque Ibis et plus de 50% pour la marque Novotel. L’objectif étant d’atteindre les 1 000 établissements d’ici la fin de l’année.

Partie II : Mesurer les impacts de l’environnement
 
En 2011, Accor lance une étude sur l’empreinte environnementale du Groupe, une 1ère mondiale dans le milieu de l’hôtellerie et du tourisme. L’objectif de cette étude est de mesurer les impacts réels du Groupe afin de définir les priorités pour les années à venir sur une base scientifique et quantifiée.
 
Noëlla de Bermingham définit l’empreinte environnementale comme la mesure des impacts environnementaux générés par un produit/service tout au long de sa vie, tous les flux matière et énergie pertinents en entrée et en sortie de cycle de vie (extraction des matières premières, fabrication, distribution, utilisation et fin de vie). En identifiant les impacts réels au-delà des intuitions, l’étude a permis de souligner que pour une viande importée en France, un agneau issu de l’agriculture intensive en Angleterre peut consommer plus d’énergie qu’un agneau élevé au sein d’une ferme en Nouvelle-Zélande ; malgré une durée de transport plus importante. Cela s’explique notamment par l’utilisation d’hydroélectricité en Nouvelle-Zélande. Ce constat est à prendre avec précaution car il prend en compte tous les facteurs d’élevage de l’animal - qui sont fortement variable d’un pays à l’autre : sa consommation d’eau pour s’hydrater, son alimentation, son modèle d’élevage, etc. jusqu’à son arrivée dans l’assiette.
 
Pour mesurer l’empreinte environnementale du Groupe, onze postes d’activités ont été retenus et analysés. Pour chacune de ces onze activités, PwC a combiné des données internes à Accor, par exemple, l’inventaire exhaustif des consommations d’énergie des hôtels avec des bases de données externes utilisées internationalement comme la quantité de gaz à effet de serre émis pour produire et fournir de l’électricité dans les 90 pays où Accor est présent. En croisant ces différentes sources d’informations, une fiabilité maximum des résultats a été recherchée.
 
Ces activités ont été ensuite traduites en cinq grandes familles d’impacts sur l’environnement :
  • la consommation d’énergie ;
  • la consommation d’eau ;
  • la production de déchets ;
  • le changement climatique lié à la production de gaz à effet de serre ;
  • la pollution de l’eau, appelée eutrophisation.
 
D’après cette étude, on apprend ainsi que les achats alimentaires représentent le principale poste de consommation et de pollution de l’eau. Si Accor doit continuer à réduire ses consommations directes (salles de bains, cuisines, fuites d’eau, arrosage), ces dernières ne représentent qu’un peu plus de 10% de son empreinte eau alors que l’amont agricole a un impact d’environ 86%. Ce chiffre s’explique largement par les consommations d’eau de la filière agricole. Pour comprendre ce chiffre, il faut prendre le temps de s’intéresser à l’agriculture et à l’élevage, qui comptent parmi les activités humaines les plus consommatrices : on estime qu’elles utilisent près des trois quarts de l’eau puisée dans le monde. De manière générale, les fruits et légumes requièrent moins d’eau que les autres produits agricoles : environ 700 litres pour obtenir 1 kilo de pommes par exemple. Par contre, la volaille et, encore davantage, la viande bovine impliquent l’utilisation de très grandes quantités d’eau (ex : 15 500L d’eau sont nécessaires pour produire 1Kg de bœuf).
 
 
Partie III : Alimentation responsable, quelles sont les actions possibles ?
 
Noëlla de Bermingham identifie trois enjeux principaux de l’alimentation responsable : la santé ; le local et la nature.
 
  1. Alimentation & Santé :
Avec plus de 130 millions de repas servis par an dans ses hôtels, Accor a naturellement une responsabilité en matière de nutrition. L’objectif d’ici 2015 est de mettre en avant des plats équilibrés dans 80 % des hôtels. En collaboration avec un nutritionniste, le Groupe a créé un guide « recommandations pour composer des plats équilibrés ».
 
  1. Alimentation & Local :
Ce second enjeu regroupe les produits locaux, le commerce équitable et les produits de la mer menacés. D’ici 2015, Accor prévoit sur 70% des hôtels, l’achat et la mise en avant des produits issus des pays d’implantation et l’absence de produits de la mer menacés sur la totalité des hôtels.
 
Un produit alimentaire est considéré comme local s’il est fabriqué dans un rayon de 200 km de l’hôtel.  La notion de local n’est pas le seul critère, il est également important de prendre en compte l’impact environnemental du produit et la saisonnalité.
 
Concernant le commerce équitable, l’engagement du Groupe a débuté en France en 2003 lorsque les hôtels Sofitel ont proposé du café Malongo labellisé FairTrade/Max Havelaar dans leurs bars et restaurants. Pionnier en France, Accor devient ainsi 1er acheteur de boissons chaudes issues du Commerce Equitable depuis 2006 (hors GMS).
 
  1. Alimentation & Environnement
 
La biodiversité est essentielle à l'équilibre de notre planète. Pourtant, chaque année, des espèces végétales ou animales disparaissent.  Accor s’engage à préserver la biodiversité dans l’objectif d’ici à 2015 que 60% des hôtels participent au programme de reforestation « Plant for the Planet ». Lancé en 2009, « Plant for the Planet » est l'un des programmes phare de l'engagement du Groupe en matière de développement durable. Les projets de reforestation soutenus par les hôtels Accor dans le cadre du programme « Plant for the Planet » ont une valeur ajoutée tant sur le plan environnemental que sociétal, auprès des communautés locales.
 
Le Groupe va lancer également en juillet prochain un « Carbon optimizer », cet outil permettra d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre d’un séminaire ou d’une nuitée et d’optimiser la partie alimentaire pour réduire les émissions en amont, grâce à une sensibilisation du client.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 
 

1398 vues Visites

Documents1

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portrait

Louis-Augustin Gardon (Alumni 2015) fait rayonner l’Institut Paul Bocuse à l’Hotel Eclat à Pékin (Chine)

User profile picture

Amalia Juarez

22 mars

Portrait

"Comment renouveler son offre et ses techniques culinaires grâce à la formation continue ?" par Emmanuelle Coureault (Alumni 2000)

User profile picture

Amalia Juarez

14 février

Portrait

Daria Danaila (Alumni 2014), Directrice des achats chez Eurolink Medical Congresses à Londres (UK)

User profile picture

Amalia Juarez

19 juillet